Textes Guy KELEMBA

CANAAN (PAR GUY KELEMBA) 


Un jour l'Eternel dit à Abraham, quitte ton pays ta patrie et ton père
Et va dans le pays que je t'indiquerai, tu seras le père d'une grande nation
Abraham obéit et s'en alla. Dès lors il tissa une alliance avec son Dieu
Qui le conduisit vers la terre promise, la terre promise

Refrain : Canaan, pays où coulent le lait et le miel
                 A Canaan, oui nous y serons tous un jour

Frères et soeurs, nous avons encore comme héritage,
Ce beau pays donné par Dieu. Mais il nous faut abandonner
Tout ce qui peut nous en éloigner, ainsi nous vivrons heureux
Aimons nous comme Jésus l'a dit, sans haine ni jalousie
Et l'amour de Dieu changera le monde, changera le monde

Refrain : ...........................................................................................

A canaan, à canaan je veux y aller (bis)

A Canaan (bis), c'est la maison de mon papa
C'est la cité de mon père, c'est le royaume de mon Dieu
C'est la maison des héritiers, à canaan
C'est la maison de mon papa, c'est la nouvelle Jérusalem

Refrain 2 : Je veux y aller

Moi je veux y aller (bis), dans la maison de mon papa
Dans la maison de Yahwé Dieu, dans la maison d'Emmanuel
Dans la maison de Yahwé, je dis moi je veux y aller
Dans la nouvelle Jérusalem y aller
Dans la maison de mon papa y aller, je veux y aller

Refrain 3 : Moi je veux y aller




VERITE (PAR GUY KELEMBA)

Celui qui dit la vérité se trouve détesté
On lui coupe les vivres et on le met en quarantaine
Vérité, vérité, un jour tu triompheras
Et la justice de Dieu s'établira


Jésus dit la vérité et il est détesté
Il est arrêté et crucifié sur une croix
Vérité, vérité, un jour tu triompheras
Et la justice de Dieu s'établira

La vérité est elle de ce monde ? Avec toutes ces injustices !
Que d'innocents en prison, et de coupables en liberté
Les riches achètent la justice, les pauvrent héritent l'injustice
Vérité ah vérité nous t'implorons

Comment ne pas reprendre ton frère ?
Comment ne pas dire à ta soeur non ?
Vérité, vérité, as-tu un sens ici bas ?
Vérité ah vérité nous t'implorons

Ah vérité ah vérité oh ah vérité nous t'implorons
Ah vérité ah vérité oh ah vérité nous te voulons
Jésus Christ est vérité oh ah Jésus Christ nous t'appelons
Ah vérité ah vérité oh ah vérité nous t'implorons, ah vérité

Nous t'implorons

Texte parlé : J'entrepris un jour de parcourir le monde à la
recherche de la vérité. Je ne la trouvais nulle part, hélas !
Car je la cherchais au mauvais endroit ; Et pourtant elle
n'était pas loin de moi. Il suffisait d'être un peu plus
attentif à ma foi Chrétienne pour me rendre compte qu'elle
se trouve en l'homme-Dieu, Jésus de Nazareth.

C'est en effet lui, la vérité sur nous-même et sur Dieu.
J'embrassai donc cette vérité qui me rendit le bonheur
de la liberté que m'enleva un matin, le mensonge qui
faisait de moi un prisonnier.




L'ARGENT (PAR GUY KELEMBA)

L'argent peut acheter, le monde et ses délices
Mais ton âme n'a pas de prix oh insensé
L'argent peut acheter, des passeports pour tout pays
Sauf pour le paradis


Avec de l'argent, on peut s'acheter
Beaucoup de livres, et non l'intélligeance
Avec de l'argent, on peut s'acheter
Des médicaments, mais jamais la santé, oh argent argent

Avec de l'argent, on peut s'acheter
Une grande maison, mais jamais un foyer
Avec de l'argent, on peut s'acheter
Des serviteurs, mais jamais des enfants, oh argent argent

Intermède parlé : L'amour de l'argent est la racine de
plusieurs maux. Et tous ceux qui s'y sont accrochés
énergiquement, se sont éloignés du droit chemin. Et toi
mon frère, et toi ma soeur, fuis ces choses ! Recherche
d'abord la paix, la justice, la concorde et l'amour. Car
l'argent peut acheter le monde et ses délices, mais ton
âme n'a pas de prix oh insensé, l'argent peut acheter, des
passeports pour tout pays, sauf pour le paradis. Oh l'argent !

Avec de l'argent, on peut s'acheter
Un très grand lit, mais jamais du sommeil
Avec de l'argent, on peut s'acheter
La bienveillance de l'Eglise, mais jamais le salut
Oh argent, argent




C'ETAIT UN GAMIN (PAR GUY KELEMBA)

C'était un gamin, qui aimait la musique
Et dès sa naissance, il fredonnait des airs

Ses parents priaient, en disant au Seigneur
Qu'il soit ton disciple, et non celui du monde

A l'âge de 6 ans, il montait sa guitare
A l'âge de 13 ans, il donnait des concerts

Un jour sa grand mère, l'amena à l'Eglise
Lui dit ta musique, doit glorifier le père
Jouant au balafon, il dirigeait des choeurs

Ses parents priaient, disant merci au père
D'avoir exaucé, leur prière et leur voeux

Alors aujourd'hui, ce gamin a grandi
Et par sa musique, il rend ce témoignage

Ses parents heureux, remercient le Seigneur
D'avoir exaucé, leur prière et leur voeux




RECONCILIATION (PAR GUY KELEMBA)

Si ton frère a péché, vas et reprends-le dans la discrétion
S'il t'écoute c'est tant mieux, mais s'il ne t'écoute du tout pas
Prends avec toi une ou deux personnes afin que toute l'affaire

Se règle devant témoin

S'il ne les écoute pas, vas et dis le à l'Eglise
S'il n'écoute pas l'Eglise considère le comme un païn
Mais n'oublies pas que chaque fois que tu pointes un doigt sur ton frère

Tu pointes trois doigts sur toi, hou hou hou hou
Qui est sans péchés, qu'il jette la première pierre. Hou hou hou hou
Tous avons péchés, et sommes privés de la gloire


Frères et soeurs en Jésus, soyons des ambassadeurs de paix
Allons vers celui qui a quitté la maison paternelle
Et transmettons lui ce message de paix d'amour de foi

Ah non non non reviens
Comme cet enfant prodigue, qui partit de la maison
Comme la brebis égarée du millieu du grand troupeau oui
Le Seigneur demandera, qu'as tu fais de ce message
Ah non non non, ah non non non reviens


Ils te diront oh quel lâche, après tout ce qu'on t'a fait
On t'a roulé dans la boue, on t'a trainé dans la rue
Mais tu répondras le Seigneur n'a transmit qu'un seul message

Si même les non-croyants, savent se réconcilier
Combien à plus forte raison nous qui nous disons des chrétiens
Et chaque fois que satan rôdera pensons au message




ENFANCE (PAR GUY KELEMBA)

Lorsque je remonte très loin dans mes noirs souvenirs
Je revois cette triste enfance bien pleine de misères, mais passée sou silence
J'étais alors enfant, rêvant bien de grandir
A présent j'ai grandi, mais j'ai encore la nostalgie de cette enfance
Cette enfance pure et innocente, reviendra t-elle un jour ?

Enfance (ter) reviens
Enfance pleine de misères, oh vieux temps
Où tout nu je marchais, ne craignant nul danger
Enfance reviens, beau temps où j'étais jeune
Oh vieux temps, reviendras-tu un jour ?
Fleurir mon coeur souffrant


Le monde cruel des adultes m'attire avec son pouvoir
Je suis victime d'un système qui est l'émanation d'une tentative de rupture avec Dieu
Oh ce monde pervers où tout se résume dans les maux : argent-pouvoir-sexe
Où tout service rendu cache un interêt innavoué
Où l'hypocrisie a atteint son paroxysme
Et où la recherche de la gloire est devenu un aliment vivrier
Je préfère encore mille fois ma délinquance juvénille
Mille fois mes batailles puérilles

Le Seigneur Jésus a dit : "Laissez venir à moi les petits enfants et ne les en empêchez point
Car le royaume des cieux appartient à ceux qui leurs ressemblent"
Seigneur, daigne me donner cet esprit d'enfant afin que je puisse mériter ton royaume

Mais qui sais, peut être qu'un jour la vieillesse viendra tout changer




J'AI TROUVE LE CHEMIN (PAR GUY KELEMBA)

J'ai trouvé le chemin qui mène à l'Eternel
J'ai trouvé la voie qui conduit au tout puissant
J'ai trouvé l'itinéraire que j'ai tant cherché
C'est Jésus Christ, le Messie que nous attendions


J'ai trouvé le chemin, que j'ai tant cherché
C'est Jésus mon Roi, qui vînt mourir sur la croix pour moi
Et aujourd'hui mon frère, aujourd'hui ma soeur
Jésus Christ t'appelle, il veut te conduire au père. Eh oui

Nous étions tous perdus, imprégnés au mal
Mais Dieu envoya, son fils Jésus pour nous purifier
Et aujourd'hui mon frère, aujourd'hui ma soeur
Jésus Christ t'appelle, il veut te conduire au père. Eh oui

Oh comme c'est merveilleux, de dire non au monde
Et de suivre Dieu, devenir disciple de Jésus
Chrétiens du monde entier, venez et jubilons
Car Christ nous appelle, il veut nous conduire au père. Alléluia

Eh (6 fois) l'Eternel m'a sauvé. Eh (6 fois) Jésus m'a délivré




AH ! QUELLE SOLITUDE ? (PAR GUY KELEMBA)

Ah (4 fois), ah quelle solitude ? Ah quelle douleur ?
Seigneur consoles-nous


Quand il naquît ce fût la joie et le comble
Mais quand il mourût ce fût le grand vide
Ah Seigneur pourquoi ce paradoxe, ce dilemne ?

Pour moi c'était un ami ou un parent
Pour toi s'était un frère, pour elle un conjoint
Pour nous Seigneur c'était un humain, c'était une soeur

La mort n'est qu'un vain nom pour celui qui croit
Elle est commencement d'une vie nouvelle
Oh mort (ter) pourquoi donc nous faire si peur ?

Ah (4 fois) quel réconfort, ah quelle espérance
Père nous le croyons





JONAS (PAR GUY KELEMBA)

Paroles d'introduction : Je suis l'Eternel ton Dieu,
je vois la fourmi noire sur une pierre noire dans la nuit noire.
Tu ne peux point me cacher ta face ni te détourner de ta vocation.
Insensé, porte ces avertissements à tes frères déroutés,
afin qu'ils échappent au châtiment.

Un jour l'Eternel parla à Jonas en ces mots :
"Lève toi et vas à ninive la grande ville et crie contre elle.
Car sa méchenceté est montée jusqu'à moi". Mais Jonas plein
d'angoisses voulu s'enfuir de la face de Dieu. Il descendit à Japho
et trouva un navire qui levait l'encre. Il s'y introduit pour la destination de Tarsis

Jonas jonas, lève-toi oh jonas, vas à ninive
C'est l'Eternel qui te parle oh Jonas, vas à ninive
Jonas jonas, lève-toi oh jonas, vas à ninive
C'est le Dieu tout puissant qui t'envoit, vas à ninive

Mais l'Eternel fit souffler, sur la mer un vent impétueux
Et il s'éleva sur la mer, une grande tempête
Le navire menaçait de faire naufrage
Les passagers ont beau criés et le capitaine a beau pleuré
Mais la gravité du danger, s'intensifiait instantanément
Jonas conscient de la chose vînt et dit à tout l'équipage
C'est moi qui suis cause, de tous ces châtiments.
Jetez moi donc dans l'eau peut-être que ça pourra y remedier

Ainsi dit, ainsi fait Jonas est jeté dans l'eau
Et il est avalé par un gros poisson envoyé par Dieu
Il fit trois jours et trois nuits dans le ventre du poisson pélerin
Qui alla enfin le vomir au bord du fleuve de ninive

Sa volonté est toujours faite oh Jonas, vas à ninive
Où es-tu maintenant oh jonas, tu es à Ninive

Paroles de fin : Malheur à quiconque accepte servir le Seigneur et le fait mal